L’attachement aux personnages de séries télévisées

par Hugo Clémot, le jeudi 14 avril, de 18h à 20h, à la Bibliothèque Georges Ascoli de l’Université Paris Sorbonne, dans le cadre du séminaire « Le pouvoir des liens faibles », organisé par Alexandre Gefen (CNRS-Paris 4 Sorbonne) et Sandra Laugier (Paris 1 Sorbonne)

Résumé :

Le fait de s’identifier aux personnages est souvent avancé pour expliquer le plaisir et l’intérêt pris à suivre une série télévisée. Ce terme a pourtant une histoire si longue et un sens si peu clair du point de vue de la théorie cinématographique que plusieurs philosophes analytiques du cinéma préféreraient que l’on s’en passe. L’exposé entend présenter certaines de leurs raisons en introduisant une sorte de paradoxe de l’attachement aux personnages fictifs, avant de dénoncer les présupposés de cette approche analytique en lui opposant la démarche post-analytique de Stanley Cavell et en réhabilitant la notion d’identification aux personnages. Les exemples seront tirés de quelques séries reconnues à la fois d’un point de vue populaire et critique, à savoir The Sopranos (D. Chase, HBO, 1999-2007), Buffy the Vampire Slayer (Joss Whedon, Fox, 1997-2003), Dexter (James Manos Jr., Showtime, 2006-2013) et The Walking Dead (R. Kirkman, AMC, 2010-).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s